Passionnément dark

Salut à vous, merci à ceux qui suivent le blogue, malgré l’interruption de service depuis le printemps dernier!

Nous sommes en période tranquille à mon travail, et voilà que je m’en remets un peu plus activement à la recherche musicale. Mes oreilles sont en grand manque de passion, alors c’est ça.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

DOLDRUMS-ANOMALY

Il y a un mois environ, j’ai vraiment accroché à cette pièce de Doldrums (Woodhead) qui est hébergé par Arbrutus Records (TOPS). Son LP, Lesser Evil, qui semble être son premier effort de longe durée, paraîtra le 26 février, comprenant 11 titres. Il sera possible de le voir en prestation le 28 février, à The Plant, avec Blue Hawaii et Dj Cadence Weapon. (Billets)

Anomaly est une pièce lugubre, froide, et low temp. C’en est apaisant.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

JAMES BLAKE-RETROGRADE
james-blake-2013

Je ne connaissais pas cet artiste anglais, post-dubstep, l’a-t-on décrit ailleurs. Je suis tombée sur cette piste il y a une semaine et je l’ai écoutée environ 15 fois. D’habitude, c’est signe que j’trouve ça bon. Alors voici. Une pièce mélancolique avec piano électro et une ambiance loud en arrière plan. Savoureux, quasi R & B dans la mélodie vocale.

Je vous laisse le lien clean pour l’écoute, sur Stereogum, Retrograde a été nommée Best New Track par Pitchfork le 8 février. L’album à venir au printemps, Overgrown, se laisse donc attendre positivement, avec ce premier extrait.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

CHVRCHES-RECOVER

Ce trio écossais a réellement gagné mon amour avec Recover. Cet extrait offre une pop électro froide et mystique. La voix de la chanteuse rappelle bien entendu les voix pop féminines des années 80. Les boucles sont dreamy mais rythmées et remplissent mes oreilles d’une délicate envie d’évasion pour l’écouter encore, seule dans ma grotte. Ou mieux encore, avec des énormes hauts-parleurs sur le top d’une montagne glacée.

Oui, la comparaison à Purity Ring est inévitable, mais par contre, les mélodies tendent vers une influence plus pop à mon avis.

L’album est prévu pour le 26 mars, sur l’étiquette Glassnote, je surveille de près.

Derniers temps

Salut à toi!

Mais qu’est-ce qu’on est occupés et accaparés, ces temps-ci.

Repliés sur nos médias-sociaux, à faire la part entre l’information et la désinformation. À départager les rumeurs des faits, quand les médias ne nous aident pas tellement, en ce sens.

Occupés à occuper la rue. À communiquer à nos proches nos craintes, nos envies, nos visions, nos désillusions.

Une période lourde et difficile à gérer, au quotidien. Je n’ai jamais été si peu assidue à mes tâches. L’actualité me tient, non seulement je ne veux rien manquer, mais il y a des jours où ça va si vite, en quelques heures, on se retrouve complètement dépassés.

Dans ce tohu-bohu de billets de blogues, d’articles, de chroniques, mon besoin d’écrire s’est estompé. J’ai des opinions, des idées. Je suis en train de faire le plein de convictions claires. Chaque jour apporte son lot de transformation de mon système de valeurs. Et ce n’est pas toujours très positif, je préfère attendre que la haine passe, avant d’écrire plus.

Outre ça, j’ai débuté l’animation du palmarès du jeudi à CISM et ça aussi, ça m’occupe drôlement! C’est le jeudi à 18h00, sur le 89,3 FM, CISM la marge.

Merci pour ton passage, Fannie xx

Je ne suis pas née à gauche

En 1989, ma mère m’achetait un livre qui s’appelait, quelque chose comme La Bible expliquée aux enfants. Elle croyait faire un bon coup, soit de répondre à mes nombreuses questions sur la vie. Ma mère ne savait pas qu’elle s’était magasiné encore plus de questions sur la vie. Après maintes tournures sur le sens de la religion et ses grands trous sans explications, elle fini par me dire: «Que la Bible (Le nouveau testament plutôt) est en fait un livre écrit en paraboles et que malheureusement, en ces temps modernes, nous interprétons tout cela en sens littéral, nous prenons tout au pied de la lettre.»

Ces paroles ne mirent pas de temps à mûrir dans mon esprit interrogatif. Bientôt, en classe de troisième année, je refusais d’absorber la matière de ma classe de catéchisme telle que présentée. Je m’opposais et dès lors, je demandais de ne plus recevoir cet enseignement. J’ai gagné mon point en entrant au secondaire.

Pendant la Guerre du golf, je passais des nuits blanches à pleurer cette horreur. J’avais mal en dedans pour ces pauvres innocents que l’on bombardait, au prix de cette guerre du pétrole.

Au secondaire, je passais mes soirées, avec ma meilleure amie, à me questionner sur le monde. À vouloir comprendre les philosophies, les religions et les systèmes politiques.

Au CEGEP, dans mon cours de philosophie, je m’indignais quand mon professeur me disait que l’homme est supérieur à l’animal de par son intelligence. J’ai quitté la classe, refusant d’entendre de telles choses. Le professeur, intéressé par mon point de vue, m’a laissé terminer sans suivre les cours, m’a fait passer l’examen de fin de session et j’ai terminé le cours en expliquant ma vision dans un texte final, et j’ai eu mes crédits.

En gros, je suis née d’une mère humaniste et d’un père capitaliste. Non, ils ne sont plus ensemble. Chez nous, l’argent était la priorité #1. Je suis cette enfant qui en a passé des heures chez la gardienne, au service de garde puis des fins de semaines entières chez la gardienne, encore. Parce que mon père avait 2 jobs pour suffire à ses besoins de consommation. Probable, que cette façon de vivre a influencé ma perception, au fur et à mesure que je grandissais.

Si je t’écris aujourd’hui, cher lecteur, cher individu, cher Québécois, toi, que je soupçonne de ne pas penser comme moi, c’est pour clarifier quelque chose. Avoir un esprit «de gauche», un esprit socialiste, plus que le tien probablement, ce n’est pas d’avoir envie de tout contester par plaisir, ni de faire chier la droite ou de vouloir une société communiste. Tout comme toi, mon quotidien, mes valeurs, mes choix, se font naturellement, jour après jour, fondés sur ces réflexions qui m’ont amenées jusqu’à aujourd’hui.

Je crois profondément que nous avons besoin de nos deux camps pour former une société équilibrée. Nous avons un hémisphère gauche et droit au cerveau, notre société, c’est nous deux. Chaque jour, je lis ton opinion, j’essaie de comprendre tes intentions, tes démarches, ta perception. Je comprends bien que tu ne veux plus payer pour ce que tu ne  réclames pas au système. Moi, je ne veux plus que l’État prenne notre argent pour servir ses pots de vin sur un plateau d’argent.

Cependant, à gauche ou à droite, c’est la même situation. À gauche ou à droite, c’est le même portefeuille. Le nôtre. Nous serons toujours là, tous les deux, avec nos différentes visions. Toi, plus individualiste et capitaliste, moi, plus socialiste et humaniste. Plus socialiste oui, mais pas communiste.

L’argent et le développement oui. L’environnement et l’individu aussi. Je vais conclure avec ceci: ça me fait vraiment mal de t’entendre blâmer des gens qui réclament un droit à l’éducation, alors que dans toutes les sphères de la société, notre argent est utilisé pour le portefeuille boursier des dirigeants (ministres). Le gouvernement, c’est pas un homme d’affaire, le gouvernement, c’est nous. Et nous, on veut juste que notre argent qu’on a déjà donné, serve à ce qu’on nous a promis de faire avec.

Bien entendu ceci est une vision personnelle, je parle en mon nom personnel et ne tends pas à représenter quelconque mouvement précis.

Electric Guest * Ty Segall and White Fence * Grass Widow

Trois formations que j’ai découvert depuis janvier jusqu’à récemment, je les rassemble aujourd’hui dans ce billet, à cause qu’elles sont toutes trois de Californie. Electric Guest étant plus pop electro  puis Ty Segall & White Fence ainsi que Grass Widow étant lo-fi garage psych rock. 

Le duo de L.A. Electric Guest livrera son 1er album Mondo, le 24 avril 2012, avec la maison de disque Because. (Vous pouvez télécharger American Daydream à cette adresse.) Tel que référé par Magicrpm, lorsqu’ils ont présenté la vidéo pour Amercian Daydream, que j’avais publié ici il y a quelques temps.

Sur le site de Because, il y a tout le EP This Head I Hold, comprenant 4 morceaux, en écoute libre. 

American Daydream

 

 

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le 26 avril prochain, Ty Segall and White Fence présenteront leur album Hair, sur Dragcity. Deux musiciens lo-fi / garage rock, hyperactifs, oeuvrant en solo et avec plusieurs bands. Vous pouvez écouter et télécharger la décadente track I Am Not a Game sur Pitchfork. 

Voici White Fence avec l’excellente pièce nostalgique It Will Never Be, un single livré en janvier 2012 qui annonçait de surcroit, un album double, WHITE FENCE-Family Perfume-VOL 1 & 2, tout cela pour le 15 mai 2012.

Ty Segall a aussi annoncé un LP supplémentaire de 8 pièces, sur In the Red, avec son band. (J’ai pas trouvé lequel encore.) 

Voici la vidéo pour sa pièce Goodbye Bread

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le trio psychedelic rock féminin de L.A. Grass Widow arrive avec leur troisième long jeu Internal Logic. Album à paraître sur leur propre étiquette, HLR, le 29 mai. Un album que j’attends fermement pour l’été!

Leur extrait Goldirocks Zone

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

Labyrinth Ear * Liars * Thieves Like Us * Porcelain Raft

Sous un angle plus électro, voici mes plus récentes appréciations dans le genre.

Labyrith Ear, un duo électro de Londres, a été retenu sous attention par Magicrpm en mars dernier. Je l’ai publié assez souvent sur mon Facebook et mon Twitter, j’ai écouté leur EP Apparitions pas mal souvent depuis.                                      ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Liars, ce trio électro de L.A.\ N-Y a annoncé leur 6ème album pour cet été, WIXIW. J’aime beaucoup l’extrait No1 Against The Rush:

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

    Puis vient ma vidéo coup de coeur des derniers jours, Bleed, Bleed, Bleed, de Thieves Like Us, un trio électro de provenance mixte entre la Suède et les États-Unis.

Vous pouvez lire sur Magicrpm les origines et réalisations de ceux-ci, ou si vous préférez sur le site de Captured Tracks (oui, oui, encore!), en écoutant la vidéo pour leur nouveau single Bleed, Bleed, Bleed.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

J’ai également apprécié la vidéo pour Drifting in and Out, du new-yorkais Porcelain Raft. Chanson tirée de son album Strange Weekend, paru en janvier dernier, sur Secretly Canadian.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Beach Fossils et Dive

Je ne sais pas si vous connaissiez Beach Fossils, un band indie rock de Brooklyn, qui est sur Captured Tracks? On les a entendu en début février sur Spin, Stereogum  et sur Pitchfork. Moi j’ai un peu passé à côté d’eux jusqu’à maintenant. Ça me fait penser à The Drums, clairement, mais je ne dis pas ça péjorativement.

 La vidéo pour Shallow, sortie début mars;

 (La pièce Lessons se télécharge de ce lien et pour Shallow, sur cette page)

Après avoir offert leur deuxième EP What A Pleasure et deux 7" en 2011, les voici donc avec leur 7" Shallow/Lessons. Un 7" datant de début mars 2012, en préparation de leur succédant LP, qui est attendu en 2012. J’ai lu dans je sais pu quel magazine que le chanteur, Dustin Payseur est un excellent ami du chanteur de la formation Dive, Cole Smith, anciennement membre de Beach Fossils.

Ce qui m’amène à vous parler de cette formation, qui a étalée depuis octobre dernier, plusieurs singles qui ont été très appréciés sur la scène, de ce que relate Stereogum. Leur debut album est annoncé pour le 26 juin 2012, sous Captured Tracks également, une maison de disque que je garde à l’oeil! (Ils signent Blouse que j’aime aussi.) Vous pouvez donc télécharger leurs 2 plus récents singles parus en avril, How Long Have You Known et le cover de la chanson Bambi Slaughter de Kurt Cobain, sur Stereogum)

(Sur Pitchfork en stream, les pièces SometimeHuman et Corvalis doctobre et novembre 2011 ainsi que Big Joke en décembre, puis Geist en mars 2012.)

J’ai donc quand même assez hâte de voir ce qu’ils auront à offrir comme nouveauté sur cet album prochain.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Autisme pour les nuls + l’autisme dans ma vie.

Trouble envahissant du développement (TED), autisme de bas niveau, autisme de haut-niveau, syndrome d’Asperger, TED non spécifié, voilà les appellations les plus courantes, que vous risquez d’avoir déjà entendu ou d’avoir lu à propos. C’est un jargon un peu mêlant, même pour les gens qui le vivent et qui doivent s’approprier le vocabulaire.

En gros, les troubles envahissants du développement englobent pas mal tous les types d’autismes associés et le nouveau DSM 4 changera le nom pour TSA: troubles du spectre de l’autisme.

C’est pas mal compliqué, comprendre l’autisme, le définir l’est également. On parle globalement de 3 sphères du développement qui sont affectées et qui se manifestent de manière inexistante ou inadéquate pour un stade de développement:

  • les interactions sociales,
  • la communication verbale et non verbale,
  • les intérêts et les comportements restreints, répétitifs ou stéréotypés.

C’est le degré de problématique, de difficulté dans les 3 sphères indépendamment puis mises ensemble qui définissent la sévérité du cas.

On parle d’autisme de bas niveau quand il s’agit d’un cas lourd, où l’interaction sociale est très faible, le non verbal et les comportements répétitifs et stéréotypés sont très présents voire graves. C’est dans ce genre de cas que l’enfant (ou l’adulte éventuellement) est complètement dans sa bulle, son développement sera lent, les progressions difficiles, mais, les capacités intellectuelles peuvent être assez élevées, quoi que sous la moyenne tout de même et s’exprimeront difficilement.

On parle d’autisme de haut-niveau quand les capacités sociales varient d’assez à très bonnes, le trouble du langage se corrige assez bien ou est léger et que les comportements stéréotypés ou répétitifs sont exprimés dans des mécanismes intelligents. C’est ce genre d’autistes que vous risquez le plus de croiser dans votre vie! Les capacités intellectuelles se situent en général dans la moyenne jusqu’à plus élevées que la moyenne.

Le syndrome d’Asperger est une forme d’autisme au dessus de l’autisme de haut niveau, car en général les Aspergers sont les plus fonctionnels en société. Ils sont affectés par des difficultés d’interactions sociales, des sensibilités sensorielles, un timbre de voix souvent monotone et il possèdent pour la plupart, des aptitudes intellectuelles impressionnantes. On notera que les cas de retard de langage ne sont pas retenus dans le diagnostique. Ils sont conscients de leurs difficultés et en souffrent beaucoup. Vu leur intelligence et les traits qui sont difficiles à reconnaître quand il sont plus légers, plusieurs Aspergers se font diagnostiquer assez tard dans leurs vies.

On parle ainsi de spectre de l’autisme car, il n’y a pas un autiste pareil. Certains sont très affectés par les critères mentionnés plus hauts et d’autres moins, jusqu’à très légèrement. Ce qui définit selon la gravité ou non, leurs capacités d’adaptations en société, voire une insertion sociale complète et autonome.

Moi, j’ai un fils autiste. Il a été diagnostiqué, «trouble du spectre de l’autisme» avec un trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité associé, à l’âge de 6 ans. Lorsque l’évaluation a été faite, le psychiatre était assez réservé quant aux espoirs de mon enfant à s’intégrer adéquatement en société. Il me parlait alors de classes spécialisées, classes de langage etc. Rien de très réjouissant pour un coeur de maman. C’est d’ailleurs sous ces inquiétudes de le voir dans un classe avec des cas tous mélangés que nous avons décidé de lui faire l’école à la maison.

J’ai personnellement décidé d’essayer la médication pour lui, alors qu’il avait 6 ans et demi. Être autiste et hyperactif, je me suis dit, mais qu’est-ce que ce doit être l’enfer de gérer tout cela de l’intérieur! Et, en effet, le Concerta (formule 12 heures de Ritalin) c’est avéré un outil vraiment profitable pour lui. On peut nettement distinguer où l’hyperactivité et le déficit d’attention altèrent son comportement et où l’autisme se situe. Son diagnostique n’a pas été révisé, mais vu ses capacités sociales et intellectuelles, je crois bien qu’il s’agisse d’autisme de haut-niveau. Il fréquente depuis septembre une classe régulière, à notre école de quartier, en      3 ème année.

Au quotidien, quand l’enfant est petit, les désordres sensoriels, (sensible au bruit, à la lumière, besoin accru de mâchouiller des objets, refus de toucher ou de porter certaines textures), les troubles de langage (mon fils parle à la française! Et c’est un trouble de langage) ainsi que les difficulté motrices et de socialisation sont de bons indicateurs. C’est en général ce qui devrait à tout le moins mener à l’évaluation de l’enfant. Ce sont aussi les difficultés que nous parents devons vivre avec, tenter d’aider et de stimuler l’enfant pour le mieux, mettre en place des systèmes de routines pour le sécuriser ou stimuler le langage. Ce sont là le plus gros des difficultés qui chamboulent et rendent le quotidien épuisant et décourageant certains jours. En grande partie parce que ces troubles mènent à de nombreuses crises, si vous saviez, toutes ces crises.

Si vous êtes parent d’un jeune autiste, je vous dirais que la phase de la jeune enfance est beaucoup plus intense que la phase d’entrée au primaire. Les autistes (TED) que je connais, ainsi que mon fils, ont fait d’énormes progressions vers l’âge de 6-7 ans. En général, le trouble de langage s’améliore beaucoup, les routines sont plus faciles à modifier, les aptitudes sociales se voient de plus en plus fructueuses et les désordres sensoriels se gèrent plus facilement.

En cette journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, j’ai envie de vous dire ceci: quand vous voyez des enfants avec les traits énoncés, au parc, dans les magasins ou à l’école de vos enfants, mettez un doute dans votre esprit. Laissez le doute qu’il puisse ne pas s’agir d’un enfant mal élevé bourré de caprices. Car oui, dans bien des cas, de l’extérieur, les crises et l’attitude d’un enfant TED/autiste vous apparaîtront tel. Pour le parent qui le vit jour après jour, heure après heure, le jugement, le regard fatal que vous jetez sur lui, c’est vraiment une des épreuves les plus difficiles à surmonter. Cela contribue au sentiment d’isolement, car oui, on se sent très seul et incompris, quand on éduque un enfant différent…

*NB Les contenu de ce texte se veut une interprétation personnelle et vulgarisée dans mes mots et ne prétend pas définir l’autisme de manière précise ni suffisante.

Le site de la Fédération québécoise de l’autisme a été utilisé pour les liens en tête de texte ainsi que pour certaines données.

Rouge, vert, jaune

Le débat sur la hausse des frais de scolarité bat son plein.
Tout le monde a son opinion sur le sujet, c’est assez incroyable de nous lire sur les médias sociaux.

Assez incroyable, oui, et pour ma part, je trouve ça même exaspérant. On dirait que pour certaines personnes, ça a fait sortir des valeurs extrémistes fascistes, dignes du régime d’Hitler.

Écoutez, que vous soyez pour cette hausse de frais, que vous ayez des arguments valables à apporter, des statistiques intéressantes pour comparer des idées, c’est tout à fait respectable. Par contre, si en revanche, vous n’avez que des pré jugés stéréotypés à énoncer, peut-être est-il temps de changer votre discours.

Sortir dans la rue, se rassembler et manifester son désaccord sur la place publique, c’est un droit acquis, officiel, portant le nom de: Article 2 de la Charte canadienne des droits et libertés. Article sur les libertés fondamentales.

Que vous ne vous en pouviez plus de voir les autoroutes bloquées une à une dans les derniers jours, je l’entends. Que vous trouviez que 1 625$ en 5 ans, c’est pas grand chose, vous avez droit à votre avis, également! Par contre, je vous invite à voir un peu plus loin que les finances gouvernementales, à vous interroger sur les principes de base de l’éducation supérieure. À comparer des modèles distincts dans le monde, tel que celui de la Norvège, où il y a gratuité scolaire.

Samedi dernier, Lisa-Marie Gervais a publié un article dans Le Devoir, «Malade, l’université?» qui exprime finement mais de manière concise, les fondements et orientations actuelles de l’université.

Il y a également un homme, président de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), qui a écrit une lettre d’opinion, dans Le Devoir, très sensible et sensée, je vous invite à en prendre connaissance.

De plus, je vous propose de consulter le site Droits de scolarité.ca, qui est assez fourni en informations, données et statistiques, ne serait-ce que pour vous donner des arguments pour débattre de votre avis contraire.

Enfin, de mon côté personnel, cette hausse totale de 1 625$, qui portera la facture annuelle à 4 700$, rendra l’éducation supérieure inaccessible pour ma progéniture. Je ne pourrai simplement pas payer des études universitaires à mes 3 enfants, pour une facture totale d’environ 75 000$.

Ainsi, tristement, je questionne. Toute cette réaction pessimiste et fermée, veut-elle dire que socialement, nous n’avons vraiment rien à faire de notre prochain, de notre voisin, à un point tel que l’avenir et le portrait futur de notre société nous laisse complètement indifférent? Que nous avons simplement envie de niveler la qualité de vie vers le bas, de former des travailleurs moins bien salariés, qui ne pourront, nous le répétons, contribuer en impôts rentables?

De plus, quand on pense que le ministère ne nous rend pas état de compte transparent des coûts réels de l’éducation au Québec, cela me révolte de lire vos opinions négatives et gratuites, face à des gens qui prennent position pour construire une société juste, équitable et riche en diversité culturelle.

Alors, de grâce, si vous avez un avis à apporter ouvertement, appuyez-vous de faits, de données et arrêtez de polluer les feeds et timelines de ce monde avec des idées souvent fausses, gratuites et qui ne mènent simplement pas le débat plus loin.

Sous votre respect votre honneur, je vous aime tel que vous êtes, quand même, Fannie xx

Toronto électro en duo | Trust * Memoryhouse

Toronto nous apporte du franchement bon électro, mon ami:

Je ne puis passer à côté cette semaine de vous parler de l’album TRST, du duo Trust. 12 pièces, goth-electro à souhait, paru le 28 février. La pochette m’avait gardée loin de l’écoute précoce.

Mais à force de le voir partout sur les blogues, j’ai cédé. C’est deep, des lines bien grasses. Oui, on a comparé à Crystal Castles, oui la jeune fille ici Maya Postepski est également membre de la formation Austra. Je te suggère simplement d’écouter sans tarder:











La vidéo pour la pièce Bulbform

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Un autre duo de Toronto, Memoryhouse, qui vient de nous livrer leur 1er album The Slideshow Effect, suite à leur Ep Years paru en septembre 2011 avec Sub Pop (mais avait paru en 2010 sous Arcade Sounds Ltd). C’est donc du 28 février.

 Cet album dream pop très smooth de 10 pièces, caresse les tympans de mélodies harmonieuses. Parfaitement exutoire, me transportant loin de mes idées et que je considère idéal pour mon mood de lecture! Ça stream sur Spin Magazine et sur le Vimeo de Sub Pop juste ici:

Vous ici leur plus récente vidéo, pour The Kids Were Wrong

Bonne semaine, Fannie xx

Je suis devenue maman à 23 ans, moi aussi.

Hey.

Vrai que cette semaine, j’étais archi SPM. J’ai même eu un ebeef avec un compte anonyme sur Twitter, faut le faire. Quand même, les médias nous ont donné matière à s’exprimer, à s’indigner.

La chronique de Nathalie Petrowski sur la grossesse de la très-trop-jeune Coeur de Pirate m’a franchement froissé. André Péloquin a bien réagit sur Urbania, avec «Bravo, jeune maman». Je n’ai pas vu le film Juno, alors difficile pour moi de commenter à cet effet.

Personnellement, je ne suis pas ici pour faire l’éloge de la maternité en jeune vingtaine, mais la comparaison avec la maternité à l’adolescence m’a simplement vexé. C’est carrément illogique de juxtaposer ces deux réalités. Entre 15 ans et 22 ans, on mature rapidement, c’est l’entrée à la vie adulte et dans bien des cas, cela nous mène vers l’autonomie assez illico.

Moi, j’ai été maman jeune, à 23 ans. Comme je l’ai mentionné à André Péloquin qui nous sondait sur Twitter, sans cette maternité, à cet âge, j’aurais été pauvre de toute manière. J’étais anti-conformiste, rebelle, idéaliste. Je vous en ai déjà parlé, je me voyais dans un éco-village, à changer le monde graine par graine. J’étais contre le système, je ne voulais pas en faire partie.

Je ne savais pas ce que je voulais faire de ma vie, je n’avais pas de carrière en tête, ni d’objectifs précis. Mais, depuis toute petite, je voulais être maman, ça, je le savais. Je trouve sincèrement qu’aujourd’hui, notre modèle de société focus presque entièrement sur la réalisation par le succès dans son emploi. Et certes, j’acquiesce que c’est important. Toutefois, être mère, être parent, c’est aussi une des réalisations importantes dans le parcours d’un individu, qui le désire.

Moi, j’ai eu 3 enfants dans ma vingtaine. C’est dur, nous sommes toujours à la cent près. Mais eux, ils ne manquent de rien. Ils sont gâtés même. Ma vie, depuis, est tellement plus organisée! Avoir des enfants, ça m’a donné une colonne. Ça m’a donné des objectifs, j’ai obtenu mon permis de conduire, on a acheté une maison, mon conjoint est allé chercher ses cartes CCQ pour avoir un meilleur emploi et augmenter notre qualité de vie. On est partis de loin, vous savez.

Nous avons fait l’école à la maison, car on pensait que c’était le mieux pour notre fils. Nos enfants ont eu toutes sortes d’expériences de socialisation, sont allés en CPE, en milieu familial, en pré-maternelles au privé, des cours de natation, de gym, des sorties dans des musées. Des encyclopédies en collection, en voulez vous, en v’là! Aujourd’hui, mon grand est en classe régulière, dans une école régulière, malgré son diagnostique d’autisme. Avec une maman super intense comme moi, là, la fille super wild que vous suivez sur Twitter, mes enfants se font une belle place dans leurs environnements.

Je retourne aujourd’hui aux études, par le biais de la TÉLUQ. Pour améliorer notre revenu familial futur, parce que je trip vraiment dans le milieu des communications et parce que je m’y épanouis clairement. Parce que je veux être un modèle de persévérance pour mes enfants et leur démontrer que oui, avoir une éducation supérieure, dans la vie, c’est primordial.

Néanmoins, à quel moment on doit avoir un enfant, quel âge idéal devait-on avoir pour devenir maman, je ne crois pas que cette décision repose sur les phrases d’une chroniqueuse en érudition devant son clavier. Je vous dirai même, que je pense sincèrement, qu’avoir un enfant jeune, pour certaines femmes, c’est un besoin, un rêve chérit depuis déjà bien longtemps. La venue d’un enfant, ça peut aussi créer un équilibre pour des personnes en quête de juste milieu.

Et, encore plus personnellement, moi là, je trouve pas ça terrible, devenir mère à 45 ans! Je pense que c’est plus tripant d’avoir ses enfants, jeune! Est-ce à moi de juger si cette décision est bonne ou mauvaise? Non. Je respecte cette façon de faire et je sais que les gens qui choisissent de faire ainsi, le font dans le carde de leurs idéaux. Personne n’a à dicter à personne comment gérer sa vie et ça m’insulte quand les médias tentent de le faire.

Moi, je vous aime, peu importe vos choix. Fannie xx